France
06 37 72 00 71

MA DÉMARCHE

Elisabeth Pouchelon, selon vous la cardiologie libérale a-t-elle encore sa place dans le système de soins français ?

La cardiologie libérale est en France un élément clé de notre système de soins.

Elle joue un rôle majeur en matière de Santé Publique avec un niveau d’excellence reconnu qui n’a rien à envier au système hospitalier. Il nous faut donc la préserver des volontés anciennes et constantes de nos politiques de l’affaiblir au profit de l’hôpital public.




Comment le Syndicat National des Cardiologues (SNC) peut-il défendre la cardiologie libérale ?

Il doit être plus puissant, plus influent et plus représentatif de notre spécialité.

La force d’un Syndicat ce sont d’abord ses membres cotisants. Il nous faut donc être plus attractif pour toutes les catégories : jeunes, femmes, petites et grandes structures, exercice en cabinet, cardiologie interventionnelle, Paris, province, grandes et petites villes, …

Nous devons « stimuler » le cœur de notre mission syndicale : identifions les revendications de tous les cardiologues libéraux et proposons leur des solutions pertinentes et concrètes !




Vous militez depuis plus de 30 ans pour défendre la cardiologie libérale, vous avez également réfléchi aux moyens à mettre en oeuvre pour faire évoluer le SNC vers un service plus actif et concret des cardiologues libéraux. Quels sont les grands axes de votre projet ?

Pour endiguer la baisse des cotisants il faut rendre le syndicat plus attractif et plus proche de chaque cardiologue.

J’organiserai un dialogue permanent avec eux,

    • en modifiant les statuts pour plus de participation des adhérents et plus de transparence,
    • en ouvrant nos réunions de réflexion à toutes les bonnes volontés,
    • en utilisant les moyens modernes de consultation (sondages, questionnaires, enquêtes en ligne …),
    • en rencontrant régulièrement mes confrères en région.

Il faut bien sûr renouveler nos cadres, notamment en constituant des binômes (junior/senior et homme/femme) à tous les postes, y compris pour la représentation du Syndicat dans les nombreuses Instances Nationales. Ce renouvellement permettra de constituer une équipe élargie et diversifiée plus représentative des réalités structurelles et géographiques de notre spécialité.

Développer notre réseau d’influence auprès des Tutelles, Pouvoirs Publics, Elus, Presse, Industrie et autres Partenaires sera une des missions importantes de cette nouvelle équipe … En même temps, il nous faut établir des partenariats constructifs et pérennes avec nos interlocuteurs institutionnels.

Je poursuivrai la modernisation de notre communication ( communiqués de presse, réseaux sociaux, site internet ) pour permettre :
    • l’amélioration des flux d’informations avec nos confrères,
    • le renforcement des échanges avec nos différents partenaires,
    • le développement des relations avec les associations de patients,
    • la diffusion de nos messages d’information au grand public…

Enfin j’organiserai régulièrement au cours du mandat des réunions ouvertes à des intervenants extérieurs qualifiés pour alimenter notre réflexion et faire évoluer notre fonctionnement et nos propositions :

   • benchmarking des Systèmes de Soins,
   • expériences intersyndicales,
   • management participatif et transversal,
   • leadership et coopération.

C’est dans la création d’un écosystème favorable au déploiement des talents individuels et garant de l’intelligence collective que notre Syndicat sera efficace.




Une femme président du Syndicat National des Cardiologues avant 2050 …. vous y croyez vraiment ?

J’ai l’habitude d’être la seule femme ou presque dans nos Assemblées (avec parfois de « grands moments de solitude » ! ) mais en même temps c’est une force : une femme apporte une vision et une sensibilité différentes, un sens de l’écoute, de l’anticipation, un goût pour le travail en équipe, la convivialité, l’échange et l’enrichissement par le dialogue.